La perfide ! / The treacherous !

« Elle a juré, la perfide, par ses yeux, par sa Juno, par sa Venus, ses protectrices. Elle ne mérite aucune confiance. »

La Juno était un Génie, double divin féminin de la personnalité d’une femme. Pour les hommes, c’était un Genius. Mais à la mort, les Génies, comme les nymphes, disparaissent.

Texte de Tibulle (50 av JC –  19 ap. JC), poète romain élégiaque.

*********

« She swore, the treacherous, by her eyes, by her Juno, by her Venus, her protectors, she deserves no confidence. »

Juno was a genius, a divine double feminine personality of a woman. For men, it was a Genius. But at death, the Genii, like the nymphs, disappear.

Text by Tibullus (50 BC – 19 AD), Roman elegiac poet.

DNNXXFvVQAAIF2A

Un grand cri / A loud cry

Dans la littérature égyptienne tardive, il existe un « Cycle de Setné » du IIIe siècle av. JC (période gréco-romaine).

Siousir fils de Setné , scribe très intelligent, voit avec son père un cortège funèbre où des pleureuses accompagnent un homme riche, alors qu’un homme pauvre est mené au cimetière dans la solitude.

Siousir dit à Setné qu’il est préférable d’être comme l’homme pauvre, au grand étonnement de son père.

Siousir va avec Setné dans une grotte et lui montre l’au-delà. L’homme pauvre était vertueux et y mène une « existence » heureuse.

Alors que l’homme riche connaît un sort funeste. Il est, « cet homme que tu as vu avec le gond de la porte d’Occident fixé sur son oeil droit, tandis que l’on ferme et que l’on ouvre sur son oeil, et que sa bouche reste ouverte en un grand cri. »

Cette morale de l’Egypte tardive, n’est pas vraiment la morale de la grande époque des pharaons, mais le récit est saisissant.

Capture d’écran 2019-04-09 à 18.59.46

Pleureuses / mourners

**********

In late Egyptian literature, there is a « Setné Cycle » of the 3rd century BC. JC (Greco-Roman period).

Siousir son of Setne, a very intelligent scribe, sees with his father a funeral procession with mourners accompanying a rich man, while a poor man is led to the cemetery in solitude.

Siousir tells Setné that it is better to be like the poor man, to his father’s astonishment.

Siousir goes with Setné to a cave and shows him the afterlife. The poor man was virtuous and leads a happy « existence » there.

While the rich man knows a fate. He is, « that man whom you saw with the hinge of the West door standing on his right eye while one closes and that one opens on his eye, and that his mouth remains open in a loud cry . « 

This morality of late Egypt is not really the morality of the great era of the pharaohs, but the story is striking.

GPS et initiation / GPS and initiation

DSC07701

Ceci est un GPS pour pirogues (Iles Marshall, XIXe).

Ce schéma indique les voies  nautiques qui mènent d’une île à l’autre. Les courbes indiquent la houle autour des récifs. Bien sûr les marins savaient parfaitement interpréter  les phénomènes météorologiques, les vols des oiseaux et des  créatures marines (mammifères et poissons).

******

This is a GPS for canoes (Marshall Islands, XIXth).

This diagram shows the nautical routes that lead from one island to another. The curves indicate the swell around the reefs. Of course, sailors knew how to interpret weather phenomena, the flight of birds and marine creatures (mammals and fish).

DSC07691

Une pirogue des âmes. Peuple Asmat, Papouasie occidentale (vers 1950). 

Cette pirogue wuramon étaient  montrée aux garçons après une séance de réclusion, dans un but d’initiation. Ils recevaient ensuite des scarifications pour les transformer en hommes.

Les passagers de la pirogue sont des animaux (tortues et oiseaux), les esprits des eaux et des défunts. La pirogue sert donc à voyager entre les mondes.

*******

A canoe of souls. Asmat people, West Papua (around 1950).

This wuramon canoe was shown to the boys after a session of seclusion for the purpose of initiation. They were then given scars to turn them into men.

The passengers of the canoe are animals (turtles and birds), spirits of water and dead. The canoe is used to travel between the worlds.

(source : Exposition « Océanie », Musée du Quai Branly.)