Tataooine – 68 Je voulais rester modeste malgré tout.

Trois faisceaux laser passèrent au dessus de nos têtes (si on peut parler de têtes pour des robots), dans un bruit de carton déchiré. Le véhicule ennemi entouré de ses stormtroopers allait-il être notre pire cauchemar?

Les faisceaux laser désintégrèrent un escarpement rocheux derrière nous. Notre véhicule émit de gros volumes de fumées de camouflage et mit en oeuvre un bouclier électro-magnétique de protection.

Nous sommes descendus du véhicule pour affronter les stormtroopers. Tel Buck Rogers je me sentais d’un courage indomptable, enfin presque, bien à l’abri derrière BB-8, les onze petits robots convoyeurs et les deux droïdes de sécurité B1.

L’objectif était de neutraliser les stormtroopers. Je tentais d’en soulever au moins un par le seul pouvoir de ma pensée. Ce fut un demi-échec, car je soulevais à l’insu de moi-même une grosse roche, qui écrasa le stormtrooper.

Roulant avec force, BB-8 descendit un talus sablonneux et lança une cold grenade qui gela instantanément un autre stormtrooper. J’avais compté huit stormtroopers autour du véhicule ennemi. Je comptais sur mes doigts, il en restait six.

Le ciel était bleu – au moins celui qu’on distinguait à travers les fumées de camouflage – et incitait plutôt à la rêverie. 

Les deux véhicules échangeaient des tirs lasers inopérants sur leurs boucliers de protection. 

Je tentais de soulever à nouveau une grosse roche, mais là, je réussi enfin à soulever un stormtrooper qui fut, après sa chute, neutralisé par les deux droïdes de sécurité B1.

J’évitais de jouer les Tartarins de Tarascon, en me vantant de ma deuxième victoire (inattendue). Je voulais rester modeste malgré tout. 

Les cinq stormtroopers restants avançaient vers nous dans un rapide mouvement d’encerclement.

 

07484b4e609590a7877cbb45687d85c5

 

Publicités

Tataooine – 67 Paradis de la Coiffure

1736049_orig

Lorsque j’avais affirmé que je devais au fond avoir l’esprit zen, BB-8 m’avait enjoint de pas faire de « lèche-vitrine spirituel ».

Je pensais aussi (en dehors de toute zénitude) à me faire couper les cheveux, style « banane rock », au Paradis de la Coiffure. Mais je me souvins que j’étais sur Tataooine. Adieu mes prétentions à jouer les Dean Martin le soir à la veillée.

Soudain une alarme retentit dans le véhicule qui se posa en urgence (il se déplaçait à quelques mètres du sol). BB-8 regarda dans un périscope à large écran : à quelques kilomètres on pouvait apercevoir un autre véhicule très militarisé, avec une escouade de stormtroopers. 

L’Empire était-il à notre recherche où cette rencontre était-elle due au hasard ? Allaient-ils être indifférents à notre présence ou chercheraient-ils le contact ?

Allais-je devoir prouver mes nouvelles aptitudes au combat ? Serai-je à la hauteur ? 

Mes interrogations cessèrent lorsqu’un puissant rayon laser vint frapper notre véhicule qui commença lui-même à tirer.

J’étais terrorisé. Un mauvais point pour la maîtrise de soi que j’aurais du développer.

 

Tataooine – 66 S’évader dans le labyrinthe des mots

J’étais aux prises avec une douzaine de robots d’entraînement sortis de la réserve du véhicule et activés.

Ayant été incapable de les soulever par la seule force de mon esprit, il allait falloir les vaincre avec mon sabre laser.

J’avais auparavant essayé de me remémorer les combats des jours précédents, mais BB-8 m’avait affirmé qu’il était inutile de se remémorer le passé car, « il ne peut y avoir de notion d’hier ou d’avant-hier dans l’image du combat que vous avez à l’esprit. »

Bon.

J’avais aussi essayé de me représenter la longueur de mon sabre laser pour  une meilleure efficacité. BB-8 m’avait dit sans détour : « On se représente un sabre laser, mais pas sa longueur. »

Bon.

BB-8 avait ajouté : « Ne croyez pas qu’une sorte d’oeil supérieur regarde une image du combat dans votre esprit. L’idée d’un ego habitant votre corps est à oublier. Arrêtez de vous évader dans le labyrinthe des mots »

Bon.

Je me demande si je ne vais pas me faire découper en fines tranchettes.

 

 

 

 

Tataooine – 65 Ben vous n’êtes pas sorti de l’auberge !

Pour soulever des objets par la pensée, il ne faut pas penser. Ma voisine aurait dit : « Ben vous n’êtes pas sorti de l’auberge ! » Un vrai paradoxe que je soumis à BB-8.

J’eu droit à une citation énigmatique : « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est chemin. » (Sören Kierkegaard).

Je réfugiais dans un endroit secret de mon esprit que j’avais d’ailleurs eu du mal à trouver. J’y étais en sécurité pour continuer mes exercices de télékinésie par la pensée sans penser.

Je m’étais demandé à un moment si on pouvait soulever une pensée, mais j’ai vite fait machine arrière devant une entreprise aussi éthérée.

Ma voisine, si elle avait eu connaissance d’un tel projet, aurait commencé à vouloir me coucher avec un linge humide sur la tête, quelques aspirines et de bonnes paroles : « C’est rien, ça va passer, juste un moment de grande fatigue ! »

Tout ce que j’ai réussi ce jour là, c’est de soulever mon petit doigt de la main gauche, sans y penser.

La vie est parfois difficile.

Vache qui pense sans penser.

 

Tataooine – 64 Monsieur Bean

Quoi de mieux pour ouvrir ses chakras que de lire  un roman : « Kiss of the Devil » (Le baiser du démon de Barbara Cartland), dont le titre évocateur me ravissait l’esprit.

Il paraît que ce n’était pas le bon chemin. J’ai lu alors « Shadow of doubt » de Kelly Radarov, dont le titre évoquait mon état interne. C’était mieux.

Je repris mon entraînement avec un poil de queue d’Anooba (rat des sables de Tataooine). Nouvel échec !

BB-8 commençait à avoir aussi une shadow of doubt à mon égard.

Dieu merci je n’étais pas réellement destiné à augmenter le nombre des Jedi, puisque Monsieur Moochagoo (ou son fantôme à travers les ondes) et Tr’bh’w’n’w’j’t’ngg’d’w’ (ma bien aimée disparue ?), étaient de remarquables Jedi. 

Certains parlent du dernier Jedi, mais ce ne sont que des racontars. 

BB-8 a eu alors une idée de génie : il m’a demandé de soulever par la pensée un gros rocher de plusieurs tonnes à l’extérieur du véhicule où nous trouvions.

Ce fut une parfaite réussite et je réussi à le déplacer au dessus du véhicule. Mais je fus qualifié de Monsieur Bean, lorsque je le laissais tomber sur le véhicule.

L’avatar du véhicule me battit froid pendant le reste de la journée en me traitant d’humain. BB-8 me rassura : le véhicule était pratiquement indestructible et protégé en partie par un champ de force pour ce genre de cas. Il n’y avait aucun dégât, sauf pour sa fierté.

Le lecteur comprendra que j’aurais eu les chevilles enflées en raison de cette réussite inattendue, si je n’avais constaté que le chemin était encore long. Mes chevilles l’ont échappé belle. 

420-miracle-rock.imgcache.rev1303486135480

 

Tataooine – 63 Fastoche !

BB-8 m’a proposé de m’initier à la Force des Jedi.

J’ignorais que les robots avaient en mémoire le rituel d’initiation des Jedi.

Qui a vu Star Wars : le Retour du Jedi, se rappellera que le Jedi doit non seulement savoir manier le sabre laser, mais aussi soulever des objets par la seule force de son esprit (notamment un avion chasseur de plusieurs tonnes).

Je me mis en position, du moins ce que j’espérais être en position. BB-8 m’a demandé d’ouvrir mes chakras.

Là, c’est le plus dur, car j’ignore totalement où sont mes chakras. Où avais-je pu les ranger ? Autant je suis ordonné à l’extérieur de moi-même, autant à l’intérieur il y a du foutoir. 

Le premier exercice à consisté à soulever par la pensée une minuscule aiguille. Fastoche!

Je n’y suis jamais arrivé..où alors une force obscure retenait cette aiguille au sol à l’insu de moi-même.

Coincé comme lorsque je fais un Sudoku ! Tous mes Sudoku restent inachevés, même les plus faciles.

BB-8 me dit : « Beaucoup encore il te reste à apprendre« , reprenant une citation de Maître Yoda (« le plus sage de tous les maîtres Jedi »).

Bon, il va y avoir encore de nombreuses séances d’apprentissage. Si j’y arrive, ce sera pratique pour soulever des valises ou faire un déménagement. Mais je garde mes reflexions pour moi.

 

sgtn_207_full

 

 

 

Tataooine – 62 Il coupe en deux tout le corps..

Se concentrer à l’intérieur de soi-même pendant un combat au sabre laser est, en ce qui me concerne, très difficile. Si vous ne me croyez pas, essayez !

Comment être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, surtout si le sabre de l’adversaire menace de vous couper en deux – de l’extérieur vers l’intérieur – dans le sens de la hauteur.

Je pense à la Chanson de Roland : 

« Roland le frappe d’un coup si vigoureux
Qu’il lui fend le beaume jusqu’au nasal.
Il coupe en deux le nez, la bouche, les dents ;
 Il coupe en deux tout le corps.. »

« Je ne veux pas être coupé en deux ! »  m’écriais-je terrifié, surtout pour les dents. Allez ramasser vos dents, une fois coupé en deux ! C’est tout sauf aisé.

BB-8 arrête l’entraînement et éloigne mon robot adversaire revêtu d’une armure de Dark Vador, « pour faire plus réaliste. »

Je n’aime pas du tout ce Dark Vador, surtout quand il dit : « Exécutez l’Ordre 66 », pour tuer tous les Jedi. Je ne suis pas Jedi, mais quand même, c’est pas bien.

« Votre entraînement était pourtant en pleine progression. Vous vous étiez bien débrouillé lors du combat précédent, malgré de nombreuses lacunes. »

En sueur, je répondis : « Oui, mais le droïde d’assistance médicale ne pourra jamais me réparer si je suis coupé en deux. »

Parfois je demande si BB-8 n’est pas une émanation de Maître Po et s’il ne va pas m’appeler, « petit scarabée. »

Il me dit : « Seule la peur te plonge dans l’obscurité. » Evidemment, il a deviné mes pensées.

Nous reprenons le combat. Cette fois-ci je vais rester à l’extérieur de moi-même.

Keye_Luke_Master_Po_Kung_Fu